L’étude du projet de construction de la corniche de Brazzaville a été lancée


La cérémonie de lancement, présidée par le ministre délégué, délégué général aux grands travaux, Jean Jacques BOUYA, s’est déroulée le 27 janvier 2012, en présence du directeur national de l’agence française de développement.



L’étude du projet de construction de la corniche de Brazzaville a été lancée

Présentant la fiche technique du projet, le coordonnateur technique de la Délégation générale des grands travaux, Oscar OTOKA, a précisé que la corniche de Brazzaville sera un boulevard urbain longeant le Fleuve Congo entre le Beach et le pont du Djoué. Le 1er tronçon partira du Beach de Brazzaville à la Case de GAULLE sur une distance de 3km 700m.

Le projet prévoit d’aménagement de la corniche de Brazzaville la création d’un échangeur sur le Boulevard Denis SASSOU NGUESSO, au niveau du croisement de l’actuelle corniche avec la rue du Tchad.

Ces études seront terminées en fin mars 2012 et le démarrage des travaux est prévu pour 4 mois après.

Financé sur fonds propres de l’Etat congolais, le 1er tronçon dont l’étude est confiée à la société française EGIS International comprend la recalibration de la section existante et son prolongement au nord et au sud par deux tracés neufs à deux fois deux voies avec les ouvrages majeurs suivants : un viaduc haubané de 508 mètres de longueur ; une promenade paysagère le long de la voie routière ; un belvédère panoramique à proximité de la Case DE GAULLE ; une marina au ravin du Tchad.

Le 2ème tronçon qui aura les mêmes caractéristiques techniques et géométriques que le 1er part de la Case DE GAULLE jusqu’au pont du Djoué sur 5km 200m.

Il prévoit aussi les aménagements urbains des quartiers de Bacongo et de Makélékélé.

Les études, le contrôle et les travaux du 2ème tronçon seront financés dans le cadre du contrat de désendettement et de développement dont l’Agence Française de Développement a la charge de l’instruction et de la mise en œuvre du projet.
Ce contrat de 2 millions deux cents quatre vingt deux mille neuf cents neuf (2 282 909) euros soit un milliard quatre cents quatre vingt dix huit (1 498 000 000) millions a été signé le 16 janvier 2012.


L’atteinte par le Congo du point d’achèvement de l’initiative PPTE, Pays Pauvre Très Endettés, le 27 janvier 2010, a permis aux créanciers du club de Paris d’accorder au Congo, en mars 2010, un allègement de la dette de 100%.

Le Congo et la France ont signé, le 29 septembre 2010, un contrat de désendettement et de développement (C2D).
L’Agence Française de Développement (AFD) en charge de l’instruction et de la mise œuvre du projet a envoyé plusieurs missions à Brazzaville. Les comités de pilotage désignés dès le début des projets accompagnent les experts techniques français au cours de toutes les missions d’identification.
Les projets évoluent normalement à la grande satisfaction des deux parties.

La partie bénéficiaire est très préoccupée pour la réussite de l’exécution du projet et ne ménagera aucun effort pour accomplir tout ce qui relève de sa responsabilité car les réalisations prévues dans le cadre du C2D revêtent un intérêt social indéniable pour la population de Brazzaville, et plus particulièrement pour celle de Bacongo et de Makélékélé.

C’est à juste titre que toutes les populations de la ville de Brazzaville sont associées à ces projets, par les actions de sensibilisation et de communication portant sur l’hygiène ou sur l’attention portée au maintien de la propreté de la ville.

Dans son mot de circonstance, au terme de la cérémonie, le ministre délégué, Délégué général aux grands travaux a loué la collaboration tripartite entre la société EGIS, l’AFD et l’Etat congolais. Car le président de la République tient beaucoup à la mise en œuvre de ce projet. Un projet qui vise à tourner la ville vers le fleuve afin de donner de la valeur à la capitale du Congo.

L’étude du projet de construction de la corniche de Brazzaville a été lancée

Dans le cadre de ce contrat, sont financés les projets de construction de la route de la Corniche et d’aménagements urbains de Bacongo et Makélékélé ainsi que le drainage pluvial de certains quartiers de la ville de Brazzaville.

Ces projets sont déjà en pleine exécution avec le lancement des avis à manifestation d’intérêt, suivis des appels d’offres. Procédure à l’issue de laquelle, le marché des études de la corniche (tronçon Case de Gaulle – pont du Djoué) et des aménagements urbains des premier et deuxième arrondissements a été attribué au groupement EGIS International/ Atelier Villes et Paysages/ Technip Congo.

Ce vendredi 27 janvier 2011, ànt débuté ces études, base essentielle de la construction de cet important projet dont l’impact sur les conditions de vie des populations de Brazzaville n’est pas à démontrer.


Le C2D finance deux projets importants dans le domaine des infrastructures de la ville de Brazzaville pour un montant global de 42 176 000 000 FCFA.

Le 1er projet est celui de la route de la corniche et aménagements urbains à Bacongo et Makélékélé est évalué à 26 360 000 000 FCFA dont 1 497 588 304 FCFA représente le montant des études.

Le deuxième projet qui concerne le drainage pluvial à Brazzaville est évalué à 15 816 000 000 FCFA et dont les études seront aussi lancées, sous peu.
L’étude du projet de construction de la corniche de Brazzaville a été lancée

L’étude du projet de construction de la corniche de Brazzaville a été lancée

La route de la corniche sera construite, le long du fleuve Congo, entre l’hôtel Mbamou Palace et le pont du Djoué. Le tronçon entre le ravin du Tchad et le centre-ville a été construit en 1990.

La République du Congo souhaite aujourd’hui réhabiliter ce tronçon et construire celui allant du tronçon existant au pont du Djoué.

La réhabilitation du tronçon existant et la construction du nouveau vont être réalisées sur financement de la République du Congo et sous la maitrise d’ouvrage délégué de la Délégation Générale des Grands Travaux.