La loi d’orientation sur l’Aménagement et le développement du territoire s’invite à la vulgarisation


Le ministère de l’Aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux, avec le soutien de World Ressources Institute, l’Institut Cerveau Vert 2063 et USAID, a célébré du 9 au 13 octobre 2017, à Ouesso, dans le département de la Sangha, la semaine de la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire, LOADT, en sigle, promulguée le 10 octobre 2014.



Célébrée 3 ans après sa promulgation, la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire dont la semaine  a donné lieu à une série de descentes dans les entreprises publiques et privées, afin qu’elles s’imprègnent des textes et dispositions y afférents a été sanctionnée par une activité dans la salle des conférences du siège de la préfecture de la Sangha.
 
Une occasion propice de promouvoir le droit à l’information dont la  principale ambition était de sensibiliser les acteurs publics et privés interpellés dans la gestion rationnelle et équitable du territoire dans le strict respect des objectifs du développement durable, d’une part, et de s’approprier les mécanismes juridiques dans l’élaboration du plan national d’affection des terres, d’autre part.
 
Ouvrant les travaux de cette cérémonie, le Secrétaire général du département de la Sangha, Chaudin Florent Onguiembi, pense que c’est un honneur pour Ouesso, la capitale du cacao d’abriter la première édition de la vulgarisation de cette loi couplée à son 3ème anniversaire. Celle-ci permettra d’édifier les populations sur la problématique de l’aménagement du territoire, notamment dans sa bonne gestion, en vue d’éviter d’éventuels conflits qui pourraient naître au quotidien. « La Sangha et la Likouala constituent à eux seuls, la plus grande couverture forestière de notre pays ».
 
Dans sa communication, le Directeur général de l’aménagement et de la prospective, Antoine Goma, a saisi l’occasion pour édifier les participants, entre autres,  sur les dispositions de la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire qui consacre les principes de coordination, de participation et de concertation ; le décret fixant la composition, l’organisation et le fonctionnement du conseil national d’aménagement et de développement du territoire ; le décret portant sur la composition, l’organisation et le fonctionnement du comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire, le décret fixant la composition, l’organisation et le fonctionnement de la commission départementale d’aménagement du territoire ; le décret fixant la composition, l’organisation et le fonctionnement de la commission municipale d’aménagement du territoire. Enfin sur la planification spatiale, l’une des composantes du développement harmonieux de l’espace.
 
En outre, Antoine Goma a souligné l’importance de l’implication  des acteurs concernés dans les différentes commissions spécialisées  en vue d’apporter des avis en connaissance de cause, lors des travaux ou des réunions sur la politique nationale d’aménagement du territoire.  
 
Les participants ont, à cet effet, pris connaissance des dispositions émises par l’OADT et émis quelles préoccupations allant dans le cadre de la faible implication des acteurs concernés dans la prise de décision.
 
Levant les zones d’ombre du Plan national d’urbanisation, Le conseiller aux grands travaux du ministre de l’aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux, Francis Ekassa Nzassa, pense que les préoccupations y relatives se résument en termes  de défis à relever.
 
La deuxième communication a été faite par le coordonnateur régional de World Ressources Institute, monsieur Jean Maurice Muneza, à travers une projection, et s’est focalisée sur la pratique de planification spatiale visant le développement harmonieux de l’espace par de meilleures répartitions des populations et d’activités. Jean Maurice Muneza a, en outre, énuméré quelques défis à relever. Il s’agit, entre autres, de concilier le développement économique avec la gestion durable des ressources naturelles dans toute leur diversité, promouvoir l’équilibre entre les différents usagers des terres, renforcer les capacités des principaux acteurs en la matière et, enfin, diagnostiquer les besoins nationaux.
 
La loi d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire traduit la volonté du gouvernement de fournir un cadre préalablement règlementé, afin de réduire les conflits de compétences dans la prise de décision.