Le projet de drainage des eaux pluviales se conforte


Les études d’Avant Projet Sommaire du projet de Drainage des eaux Pluviales de Brazzaville ont été présentées aux acteurs impliqués dans la réalisation de ce projet au cours d’un atelier de restitution tenu, le 20 juin 2012, au siège de la Délégation générale des grands travaux. La rencontre a été présidée par le coordonnateur technique de la Délégation générale des grands travaux, Oscar OTOKA.



Le projet de drainage des eaux pluviales se conforte
Les participants à cet atelier se sont imprégnés de trois exposés présentés par le groupement BURGEAP-IGIP notamment sur ses interventions proposées pour les aménagements des collecteurs Mission, M’foa et Madoukou.
Les études d’Avant Projet Sommaire s’inscrivent dans la tranche ferme du programme du Drainage des eaux Pluviales de Brazzaville conçu par l’Agence Française de Développement et mis en œuvre par la Délégation générale des grands travaux.
Ces études se sont focalisées sur le dimensionnement des ouvrages prioritaires sur les cours d’eau Mission, M’foa et Madoukou ainsi que sur l’estimation des coûts d’investissement et d’exploitation des systèmes proposés.
Après l’analyse des solutions proposées au niveau de l’étude de faisabilité, le consultant BURGEAP-IGIP a identifié des options alternatives pour la mise en œuvre du projet, en conformité avec les prescriptions des termes de référence. Ces options concernent principalement le tracé des collecteurs de délestage entre les ouvrages existants et le fleuve Congo.

Le projet de drainage des eaux pluviales se conforte
La proposition des ces alternatives a été faite sur la base des recommandations des représentants des services techniques de la Mairie de Brazzaville qui ont indiqué les solutions appropriées pour la construction des émissaires au fleuve Congo, dans l’objectif de minimiser l’impact sur les voiries urbaines et les services existants.
En ce qui concerne l’aménagement du ruisseau Mission, les interventions préconisées au niveau de la faisabilité ont été confirmées avec la seule différence d’un tracé plus direct du collecteur émissaire entre l’hôtel de ville de Brazzaville et l’Etat Major de l’Armée.
La pose de ce collecteur est, selon les explications du consultant, avantageux en termes de minimisation des impacts sur la circulation et sur les activités administratives et commerciales dans la zone.

Concernant les rivières M’foa et Madoukou, la solution envisageant la construction d’un grand collecteur commun n’a pas été retenue, en raison des difficultés techniques déjà anticipées au niveau de l’étude de faisabilité.
Conformément aux prescriptions des termes de référence, il a été décidé de procéder à l’identification d’un ouvrage de délestage indépendant par collecteur avec un tracé sous voiries et direct vers le fleuve Congo. La mise en œuvre de ces solutions impliquera une réduction d’indemnisation et le phasage des interventions sur ces rivières en fonction de leur priorité et des fonds disponibles.
Les critères de dimensionnement et de vérification hydraulique des nouveaux ouvrages ont été choisis dans le but d’assurer un très haut niveau de sécurité et d’empêcher le fonctionnement en charge des collecteurs fermés dans les conditions de crue décennale.
Clôturant les travaux de cet atelier, le Coordonnateur technique de la Délégation générale des grands travaux, représentant le Ministre délégué, Délégué général aux grands travaux, a souligné que le gouvernement congolais accorde beaucoup d’intérêt à l’aboutissement de ce projet dont la réalisation épouse les préoccupations de la population brazzavilloise.