Les travaux de construction de l'Université Denis Sassou N’guesso de Kintélé sont exécutés à 27%


Le constat est du premier ministre, Clément Mouamba qui a procédé, ce 14 septembre 2017, à la visite du chantier de l’Université Denis Sassou N’guesso, à environ 17 Km de la ville capitale, dans la Commune de Kintélé.



Des bâtiments qui sortent de terre et qui prennent corps sur le site. On note que les travaux de construction de ce gigantesque ouvrage s’exécutent normalement et se situent actuellement à l’étape de  l’achèvement des gros œuvres de certains bâtiments, notamment ceux du pavillon 7.
 
Les membres  du gouvernement présents sur ce chantier, notamment, Jean Jacques Bouya de l’Aménagement, de l’équipement du territoire et des grands travaux ; Bruno Richard Jean Itoua de l’enseignement supérieur; Calixte Ganongo des finances et du budget ; Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babakas du plan, de la statistique et de l’intégration régionale autour du premier ministre, Clément Mouamba, ont bien voulu y prendre la température et voir la possibilité d’ouvrir quelques modules pour la prochaine rentrée académique.
 
« C’est un important chantier exécuté à 27%. Nous constatons que les travaux se déroulent bien et 1500 travailleurs sont à pied d’œuvre. Nous essayerons de le réévaluer et d’explorer la possibilité d’ouvrir quelques modules, à partir du mois d’octobre. Le site est menacé par le ravinement du sol, il est donc de bon aloi pour le gouvernement de préserver ce site et de trouver des solutions sine qua none, dans de meilleurs délais, afin de traiter les érosions qui se sont déclarées à l’entour du chantier », a laissé entendre le premier ministre Clément Mouamba.  

Réalisée par la société Unicon Development, pour un délais contractuel de 36 mois, sur un terrain de 350 hectares, l’université Denis Sassou N’guesso de Kintélé compte 37 bâtiments repartis en 4 zones desservies par 5 Km de voiries, de réseaux divers, parkings et d’espaces verts, avec une capacité d’accueil d’environ 30 000 étudiants.
 
La zone éducative et de services administratifs abrite les services du Rectorat ; la Bibliothèque centrale et le Centre de l’audiovisuel ; le Restaurant ; l’Ecole supérieure des télécommunications et des NTIC ; l’Institut supérieur d’éducation ; les Facultés des sciences et techniques  consacrées à la formation en Chimie, Physique, Mathématiques, Biologie, Génétique, Géologie et Sciences Informatiques.
 
Cette zone comprend également l’Ecole des Mines, de l’Hydraulique et de l’Energie destinée aux métiers du Pétrole, des Mines, l’Eau et l’énergie ; l’Ecole Supérieure des Bâtiments et Travaux publics ; l’Institut Supérieur des Sciences et Techniques de la Communication ; l’Institut Supérieur des Sciences et Techniques appliquées enfin, l’Institut Supérieur des Sports et de l’Education Physique, ainsi que des Amphithéâtres dont le plus grand aura 1966 places assises.
 
La construction de cet établissement universitaire relève de la vision du chef de l’Etat et de ses efforts indéfectibles consentis, depuis plus d’une décennie, dans la réalisation des infrastructures d’envergure à forte vocation sociale, en vue d’éclore un rêve dont jaillissent les fondements de la modernisation des structures universitaires dont la vétusté de plusieurs bâtiments ne laisse indifférent plus d’un observateur. 
 

Elle comprend également l’Ecole des Mines, de l’Hydraulique et de l’Energie destinée aux métiers du Pétrole, des Mines, l’Eau et l’énergie ; l’Ecole Supérieure des Bâtiments et Travaux publics ; l’Institut Supérieur des Sciences et Techniques de la Communication ; l’Institut Supérieur des Sciences et Techniques appliquées enfin, l’Institut Supérieur des Sports et de l’Education Physique, ainsi que des Amphithéâtres, le plus grand aura 1966 places assises.
 
La construction de cet établissement universitaire relève de la vision du chef de l’Etat et de ses efforts indéfectibles consentis, depuis plus d’une décennie, dans la réalisation des infrastructures d’envergure à forte vocation sociale, en vue d’éclore un rêve dont jaillissent les fondements de la modernisation des structures universitaires dont la vétusté de plusieurs bâtiments ne laisse indifférent plus d’un observateur.
 
Deuxième Université publique du Congo, l’Université Denis Sassou N’guesso jouera un rôle actif de grande importance dans l’élaboration des procédés innovants, véritables ferments de la croissance future, en vue de façonner des cadres performants.
 
Cette Université permettra de résoudre les problèmes d’effectifs pléthoriques dans certaines facultés de l’Université Marien Ngouabi dont les structures sont à réhabiliter.
La zone destinée aux services universitaires offre, entre autres, des Centres médical  et de maintenance générale ; un poste de police et la caserne des pompiers enfin, une station d’épuration des eaux usées.       
 
La zone résidentielle se focalise sur les résidences du Recteur, des enseignants, des étudiants. Les résidences des enseignants sont reparties ainsi qu’il suit : 35 appartements d’une chambre, 29 de 2 chambres et 84 appartements de 3 chambres.
 
La zone sportive regorge, en son sein, des infrastructures liées aux activités sportives, notamment, un stade de football aux normes olympiques de 3000 places avec une piste d’athlétisme pour 1700 personnes ; un centre sportif regroupant des terrains de football, de basketball, volleyball, handball et des équipements multifonctionnels pour la gymnastique, la musculation ainsi qu’une piscine olympique couverte.
 
L’ensemble de ces bâtiments renferment toutes les commodités dignes d’un ouvrage de la taille de cette Université ultra moderne et dont l’ambition dépasse les frontières de notre pays.
 









L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31