Inscription à la newsletter

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Un forum international sur les infrastructures à Brazzaville


En marge du sommet des BRICS à Durban en Afrique du Sud, le 27 Mars 2013, le Président de la République Denis Sassou N’Guesso annonçait devant les investisseurs et partenaires au développement de l’Afrique, l’idée d’organiser dans son pays, le premier forum international sur les infrastructures en Afrique.



Un forum international sur les infrastructures à Brazzaville
Le président Congolais assurément tiré cette initiative originale du tréfonds de son expérience mainte fois renouvelées à la tête de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) , actuelle l’Union Africaine (UA), de Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).
Normal pourrait-on dire, puisque Denis Sassou N’Guesso a par ailleurs été désigné par ses paires comme leaders de certaines infrastructures d’envergure en Afrique, notamment le pont route-rail sur le Fleuve Congo et le prolongement du chemin de fer Kinshasa Illébo.

Instruit de cette orientation du Président de République, le ministre à la présidence, chargé de l’Aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques BOUYA s’atèle à la mise en œuvre de cette ambition du Président de la république d’organiser le premier forum sur les infrastructures à Brazzaville.
C’est ainsi qu’il a participé au forum sur l’investissement dans les infrastructures et la construction du 6 au 7 juin en Chine et au New York forum Africa du 14 au 16 juin au Gabon.
Dans les deux tribunes, l’objectif était d’une part d’annoncer la tenue du 1er forum international sur les infrastructures de Brazzaville en suscitant le maximum de participations et, d’autre part de prendre les pouls d’acceptation de l’initiative.

A Macao et à Libreville, il était de faire un plaidoyer du Congo autour de ce grand forum auquel participeront près de 500 experts et décideurs sur les domaines multiples et variés des infrastructures.
Macao : première étape d’une grande mission d’information.
Cette île située à quelques encablures de Hong Kong, siège émérite du Forum sur le financement des infrastructures et la construction qui abritait cette année, sa 4ème édition, a été un moment déterminant pour le futur forum de Brazzaville.
Occasion pour les deux ministres congolais présents au forum, de jouer jeux serré au côté des autres participants pour faire entendre la voie du Congo au-delà des tropiques.
Le Ministre Alain AKOUALA ATIPO des zones économiques spéciales a présenté le bienfondé des quatre zones économiques spéciales en création au Congo et leur impact dans le développement global du pays.

Le ministre Jean Jacques BOUYA l’Aménagement du territoire et de la DGGT quant à lui a invité les experts présents à Macao à participer au 1er forum sur les infrastructures qui se tiendra à Brazzaville en novembre prochain.
Libreville : deuxième étape
Cette étape de Libreville a tenu ses promesses. Le ministre Jean Jacques BOUYA a fait deux communications qui marqueront pour longtemps, l’histoire du New York Forum Africa.

Un forum international sur les infrastructures à Brazzaville
La première communication a porté sur la place de la Chine dans le développement de l’Afrique. Un sujet aussi sensible que le ministre congolais a su aborder en analysant les différents partenariats entre la Chine et les pays africains.

Le dimanche 16 juin 2013, aux cotés d’autres panelistes comme Féfriori Saad, le PDG du groupe Addoa, spécialisé dans la construction des logements sociaux, l’auteur du concept Ville sans bidon ville, ou comme David Forest, le président de Forest international, ou encore Amadou Diallo, directeur commercial de DHL, le ministre Jean Jacques BOUYA a présenté la situation des infrastructures en Afrique ; les grandes initiatives du NEPAD et un Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) et l’effort du président congolais d’équiper le Congo en infrastructures de base.

Ce type d’agora représente souvent des moments de rencontre, de contact et d’amorce d’affaires, surtout qu’ils regroupent toutes les sensibilités, touts les intervenants dans le processus de mise en œuvre des infrastructures.
Cela justifie le balais d’audiences que le ministre a eues avec plusieurs personnalités tant à Macao qu’à Libreville, tels que le Vice ministre chinois du commerce extérieur à l’issue de laquelle les deux hommes d’état ont parlé des relations commerciales entre les deux pays ainsi que leur impact sur la construction des infrastructures.
Dans l’optique du suivi de certains projets déjà en cours au Congo et du démarrage d’autres, le ministre de l’Aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux a accordé plusieurs audiences aux représentants de sociétés. C’est le cas de la société China state construction equipment and corporation (CSEC).

Un forum international sur les infrastructures à Brazzaville
Quant au président de la China road britch construction (CRDC), monsieur Wen Gang, il a échangé avec le ministre Jean Jacques BOUYA du projet de construction du port minéralier de pointe Noire, dans le cadre du partenariat public privé à mettre en œuvre.

La presse chinoise qui n’est pas du reste la moins nantie en initiatives a vite fait de trouver en Jean Jacques BOUYA, un sujet informatif. A sa demande, un point de presse a été organisé à Macao pour mieux parler du Congo, du forum de Brazzaville sur les infrastructures et de l’engagement du chef de l’Etat en matière des infrastructures.
Dans le même esprit, le séjour gabonais du ministre de l’Aménagement du territoire et de la DGGT lors du New York Forum Africa a donné l’occasion à quelques hommes investisseurs prompts à investir au Congo de s’informer sur les opportunités d’affaires de ce pays en plein effervescence.
C’est le cas de John Porter, Directeur du groupe renaissance capital.

Au terme de cette première tournée d’information sur la tenue en novembre prochain, et dont la troisième étape est Washington, on dira que la cible a été atteinte.
En tout cas, partout où le ministre Jean Jacques BOUYA a porté son message du Congo, les interlocuteurs ont eu une oreille attentive. Elément suffisant pour comprendre que le plaidoyer du Congo auprès de ces sphères de décision a été entendu et que le forum de novembre connaitra la participation de toutes les sommités des infrastructures pour faire de Brazzaville une référence en la matière.