Vers la construction du barrage de Sounda


La construction du barrage de Sounda est au centre des discussions depuis quelques mois entre la République du Congo et la Banque mondiale.



La restitution à mi - étape de l’étude de faisabilité pour la construction de ce barrage confiée à la Société financière internationale, en sigle SFI, une filiale de la banque mondiale  a constitué la toile de fonds de la réunion entre le consultant commis à l’étude et les membres du comité de suivi de ce projet  composé des experts des Ministères en charge de l’Aménagement du Territoire et des Grands Travaux, de l’Economie Forestière et du Développement durable, des Finances, du budget et du portefeuille publique, de l’Energie et de l’hydraulique, incluant la SNE.
Cette réunion technique en vue de l’appréciation des options de la mise en œuvre de ce vaste projet structurant s’est tenue le mardi 28 mars 2017, au siège du Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Grands Travaux. Elle aura été d’un contenu instructif et important pour la suite à donner au projet.

La restitution à mi-parcours de l’étude de faisabilité réalisée par la SFI, a notamment porté sur l’Etude environnementale et sociale, la faisabilité financière et l’étude technique.
Les options d’exploitation, de commercialisation et de transport d’énergie ainsi que les coûts associés ont également fait l’objet des discussions entre experts.
Il sied de signifier que cette réunion a été précédée par une floraison de visité conjointe de terrain qui a conduit les experts congolais et ceux de la SFI sur le terrain depuis la signature du contrat.
Pour la  petite histoire, le projet de construction du barrage hydroélectrique de Sounda dont l’accomplissement est imminent,  a suscité l’attention  des différents gouvernements successifs depuis 1960.                      
Situé dans le département du Kouilou, à 120 km de Pointe Noire, le barrage hydroélectrique de Sounda participera assurément au développement socio-économique du Congo et de la sous-région. Avec une capacité prévisionnelle oscillant autour de 700 megawatts,   il apportera sans doute la solution à la demande sans cesse croissante de l’énergie pérenne et changera l’ensemble de la donne énergétique du pays.                                 
Notons que c’est à la faveur du Forum international « Build Africa » sur le développement des infrastructures en Afrique, tenu en février 2014 à Brazzaville, que cet ambitieux projet d’intégration avec effet multiplicateur impactant sur plusieurs pays membres de la CEEAC, a été remis à nouveau sur la sellette.     








L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31